COMMENT SE FAIT-IL QUE VOS LUNETTES (verres simples) SOIENT PRÊTES EN 2 JOURS Les capacités industrielles de NOVACEL montent en puissance


« Automatiser c’est produire mieux, plus vite et de façon encore plus répétable. Produire en France et être compétitif c’est donc possible sous réserve de ne pas céder aux sirènes des bénéfices faciles à courts termes en vendant notre technologie et notre âme aux entreprises asiatiques ! »

Ainsi s’exprime Roger Düning le président fondateur de Novacel à propos du projet de modernisation de l’outil de production basé à Château-Thierry, dans l’Aisne. Il aura fallu deux ans - de l’été 2017 à aujourd’hui – pour automatiser totalement la production et introduire de nouvelles chaines sur ce laboratoire qui se revendique comme « un des plus grands et modernes » d’Europe.  En gagnant 20% de capacités industrielle supplémentaires, l’entreprise entend rapidement augmenter son chiffre d’affaire qui est passé en dix ans de 47 à 120 millions.

Cette modernisation accompagnera aussi, rappelons-le, l’implantation européenne de Leica Eyewear. « Notre ambition est de pouvoir couvrir l’ensemble de l’Europe avec un réseau de distribution avant la fin d’année. Et nous en sommes en très bonne voie », déclare à ce propos Jenkiz Saillet, le directeur général de Novacel. Le site de Château-Thierry est donc plus que jamais appelé à être l’épicentre du rayonnement de Novacel à l’intérieur et hors de l’Hexagone. D’un point de vue des ressources humaines, l’automatisation de l’ensemble de l’appareil n’aura-t-elle pas des conséquences sur les quelques 600 salariés du site ? La direction assure que non. Pas de pertes d’emplois en vue : « Au contraire, car le but est de pouvoir donner aux collaborateurs de Novacel la possibilité de passer sur des tâches à plus forte valeurs ajoutées et ainsi d’apporter de nouvelles offres et services aux opticiens », garantit m. Saillet.


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés